10 RÈGLES À SUIVRE POUR DEVENIR UN BON DJ DE MARIAGE (ET S’EN METTRE PLEIN LES POCHES).

certains ne le savent pas, mais oui, j’ai longtemps été (et je le suis encore de temps à autre) DJ à divers mariages, dans différents pays et de différentes « classes » . j’aurais bien voulu écrire un jour un livre à ce sujet, car on imagine pas tout ce qui peut se passer de cocasse, de triste et de merveilleux lors d’un mariage, tout cela vu par un DJ. mais non, j’ai pas le temps (bonne excuse, hein?). alors je vous donne tout simplement 10 règles d’or à suivre pour bien réussir son contrat (de DJ, et de mariage ;))

1. se rencontrer. un dialogue avec les mariés quelques semaines avant le mariage est toujours favorable. c’est là qu’on découvre beaucoup de détails important comme le nombre et la moyenne d’âge des invités, le déroulement du mariage et surtout les goûts musicaux des mariés… enfin, on a déjà une approche pour voir si le courant passe entre les mariés et le DJ – ou pas. et si le courant ne passe pas du tout, on peut toujours ne pas accepter le contrat.

2. demander aux mariés une liste de musiques qu’ils N’AIMENT PAS. oui, avec une certaine expérience, c’est assez facile d’être DJ à un mariage. mais faire l’erreur de passer le jour du mariage les titres que les mariés détestent le plus, c’est impardonnable…

3. ne pas trop préparer son set à l’avance. pour être un bon DJ de mariage, il faut être habile, rapide, intelligent, flexible et versatile. savoir changer de titre très rapidement dès qu’on remarque que la piste se vide, tout en restant professionnel et dans le mix. une bonne analyse au préalable du public (discuter durant l’apéritif, prendre quelques repères) est préférable pour pouvoir bien scruter les souhaits du public.

4. se construire un « fil conducteur » dans son set: musiques pour débuter, musiques pour les parents, comment faire danser tout le monde, comment faire transpirer les gens, puis un changement dans le tempo, etc… et comme les gens ne vont que très rarement 2 fois aux mêmes mariages, en tant que DJ, on peut presque refaire le même set partout (une fois qu’on aura « assimilé » ce fil conducteur si important et qu’on connaitra les morceaux phares de son set par coeur). Ce « fil conducteur » se construit de facon de plus en plus évidente au fur et à mesure de l’expérience qu’on gagne en tant que DJ de mariage. si on a bien compris le truc, cela peut aller très vite.

5. ne pas passer de sources inconnues. dans un mariage, il faut toujours partir du principe que les gens veulent s’amuser. ne pas essayer de faire passer son intellect au travers de choix musicaux certes fondés, mais certainement pas à leur place dans un mariage. ce qui ne veux pas dire de sombrer dans un set à base « chenille », « fête au village » etc… c’est là qu’intervient l’intelligence et la culture du DJ. si on est DJ « bootlegs » , faire quelques essais avec des sources musicales très connues. ne pas enchaîner bootleg sur bootlegs, un public non averti quittera rapidement la piste de danse.

6. si possible, négocier un long set avec le traiteur / chef cuisinier. c’est toujours très désagréable pour les invités d’un mariage de devoir quitter la piste de danse en pleine ambiance parce que « le fromage /dessert/ pièce montée est servi(e) » . une règle importante pour moi que je fais bien savoir aux mariés durant la première rencontre: une fois que les gens dansent, il faut les laisser danser. il ne faut pas interrompre ce plaisir avec des jeux ou des présentations powerpoint. les discours / diashows /vidéos /jeux, etc. peuvent aisément se faire durant les pauses entre les plats. car il faut savoir que chaque interruption de danse est fatale. la règle est pourtant simple: plus il y a de pauses, plus les gens en auront marre et à partir de la troisième pause ils commenceront à chercher une excuse pour rentrer chez eux (la fatigue, l’ennui, les enfants etc) . et une fois que l’opéra des « au revoir, c’ètait super » a commencé en plein milieu de la piste de danse, le DJ sais déjà qu’il n’arrivera plus à retrouver la bonne ambiance du début – donc, ce moment est à repousser le plus possible dans le temps… de plus, il est de plus en plus difficile dans une soirée pour un DJ de faire repartir la danse plusieurs fois d’affilée depuis 0. motiver un public qu’on a déjà dû « chasser involontairement » plusieurs fois de la piste de danse durant la soirée est bien pénible.

7. faire la pute. un bon DJ de mariage ne dira jamais « non » à un souhait musical d’un invité (sauf si il ne possède pas le morceau choisi) . un bon DJ de mariage est là pour JOUER CE QUE LE PUBLIC DEMANDE. point barre. si il sait faire ca, et bien emballer le tout techniquement dans un mix, c’est gagné d’avance. surtout laisser son égo de DJ de club de côté. les remarques du genre « si ca ne te plait pas, t’as qu’à te barrer » ou encore « je suis DJ bla, bla, j’ai mon style et j’emmerde tout le monde » vont rapidement fausser l’ambiance joviale de la soirée et ternir à jamais l’image de marque du DJ.

8. être sincère avec soi-même: si on est pas à l’aise avec un micro, prévenir les mariés á l’avance. personellement, je ne suis pas un animateur et je ne parle pas au micro. si des interventions au micro sont demandées, je demande au wedding planner où à la personne qui s’occupe de l’organisation de la soirée de faire cela pour moi. au moins, je sais que ce sera réussi. si les mariés recherchent plutôt un animateur, je ne prendrais pas le contrat, même si le cachet est intéressant, car cela peut très rapidement se retourner contre soi lors de la soirée.

9. se mettre à l’aise. personellement, je ne peux pas être correctement DJ en portant un costume. souvent, il suffit de se changer avant la soirée et de mettre des habits dans lesquels on se sent à l’aise, sans sombrer dans le mauvais goût bien entendu. même un « jean/baskets » peut faire l’affaire. les gens ne retiendront que la qualité du set et de la soirée, et non pas la ligne vestimentaire du DJ, c’est certain!

10. le bouche à oreille est LA source de revenus. si le DJ a fait un excellent travail, il sera rebooké très bientôt, car les BONS DJs de mariage ne courrent pas les rues, et ca tout le monde le sait. et une bonne image de marque est toujours un facteur de rebooking assuré. une règle un peu logique: si le bouche à oreille a fonctionné et qu’on se fait rebooker en tant que DJ pour un autre mariage, c’est très souvent (pas toujours non plus, mais vraiment très souvent) parce que le set et les choix musicaux ont plu. donc pourquoi changer un système qui marche? c’est aussi simple que ca.

10 réflexions sur “10 RÈGLES À SUIVRE POUR DEVENIR UN BON DJ DE MARIAGE (ET S’EN METTRE PLEIN LES POCHES).

  1. Pingback: Tweets that mention 10 RÈGLES À SUIVRE POUR DEVENIR UN BON DJ DE MARIAGES (ET S’EN METTRE PLEIN LES POCHES). « Freestyle is not free. Freestyle is expensive (very expensive). -- Topsy.com

  2. cela fait 20 ans que j’anime des mariages et je suis tout à fait d’accord. je rajouterai un 11 point cependant, ne pas etre regardant envers les heures, faire un forfait interessant et au niveau heure supplémentaires, toujours en laisser tomber une, en disant, comme ce fut un beau mariage, que je me suis bien amusé à vous faire danser, je vous laisse une heure, ce geste vous servira à vous vendre encore mieux,

  3. Je suis moi même DJ animateur de mariages en Bourgogne et je me suis retrouvé pleinement dans ton article qui est très bon, je l’avoue !

    Je me permettrait d’ajouter un point supplémentaire. En plus de la blacklist, il semble important que les mariés puissent fournir une courte playlist d’incontournables. Ces titres peuvent leur rappeler le jour de leur rencontre, fête avec des amis, …

  4. moi je suis un début j ai pas encore un grande expérience je veux kil k un qui va m aide j m appelle dj ayour d’origine guelmim mon numéro 06********
    MERCI A TOUS POUR LES CONSEIL

  5. Enfin 10 bonnes raisons de te choisir et effectivement je suis 100 % d’accord avec tes dix points !

    Il faut juste préciser que c’est d’abord une passion et que pour exercer dans des mariages le dj doit être généraliste !

    Un dj généraliste c’est connaître ses classiques et savoir les mixer.

    Oui nous pouvons faire des mix originaux avec les années 80 !

    Il faut vibrer personnellement pour faire vibrer les gens.

    Un dj ce n’est pas que mixer c’est aussi aimer la musique et la faire découvrir à son public.

    Ne pas lâcher du regard le dance floor car c’est notre tableau de bord de la température de la soirée !

    Un vrai passionné et prêt à ne pas gagner d’argent au début de sa carrière de dj !

    Attention c’est beaucoup plus facile de mixer dans un club que dans un mariage !

    Christophe 40 ans

  6. Bonjour,
    .
    Je suis justement à la recherche d’un bon dj pour mon mariage qui aura lieu le 21 juin 2014.

    Mon fiancé et moi sommes d’origine afro-antillaise et recherchons donc un dj capable de passer de la musique afro (zouk, salsa, compas, raggae, dancehall…) MAIS également de la musique généraliste. Est-ce que vous pourriez-nous recommander un dj à contacter ?

    Merci !
    Jeanne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s